Comment soigne un étiopathe ?

Le soin apporté à l’étiopathe est l’aboutissement d’un raisonnement causal et scientifique dont l’objectif est de déterminer l’origine des symptômes et de la pathologie du patient. Cette démarche causale constitue l’élément spécifique de l’étiopathie en regard des autres thérapies manuelles.

En effet, l’étiopathie a toujours souhaité se construire et se développer sur des bases scientifiques et rigoureuses afin d’éviter le discrédit auquel sont soumis les thérapeutes manuels, rebouteux et dénoueurs, depuis des générations.

L’acte thérapeutique en étiopathie se veut le plus précis, efficace et indolore pour le patient :

  • La précision du geste thérapeutique est un élément fondamental en étiopathie. En effet, les gestes de grande amplitude ou sollicitant plusieurs articulations participent à une diminution de l’efficacité de du traitement manuel, il sont de fait proscrits dans la pratique étiopathique.
    En revanche, il est nécessaire de réaliser des actions mécaniques, précises et de faible amplitude, ayant une action sur le moins de structures articulaires possible. Cette démarche de précision permet au praticien étiopathe de diminuer les effets secondaires inhérents aux traitements.
  • L’efficacité est le coeur de la prise en charge en étiopathie. De ce fait, l’étiopathe doit systématiquement effectuer un acte de mobilisation articulaire (manipulation) avec un objectif d’efficacité.
    Les consultations d’entretien ou préventives sont donc exclues en étiopathie dans la mesure où les mobilisations articulaires ou viscérales sont des actes thérapeutiques à ne pas prendre à la légère.
  • Non douleur et douceur sont deux aspects fondamentaux de la prise en charge en étiopathie. Il est du devoir du praticien de ne pas exercer d’action mécanique douloureuse sur le patient. Par ailleurs, une mobilisation douloureuse est une mobilisation qui perd en efficacité dans le mesure où elle génère contracture et inflammation.

Enfin le champs d’action de l’étiopathie est large : il regroupe une partie des atteintes fonctionnelles de la colonne vertébrale (lombalgie, névralgie sciatique…) mais est également une indication pour des atteintes viscérales digestives ou ORL.